Logo square - BK Systèmes

Audit logistique et diagnostic de la supply chain

Qu'est-ce qu'un audit logistique ?

L’audit logistique est l'un des socles pour optimiser son organisation. Cette procédure nécessite un travail d’analyse, de mesure et de contrôle des process logistiques en place. On retrouve au cœur de cette étude les éléments suivants : le contexte du marché, les besoins, la stratégie de l'entreprise, l'organisation, les cibles et les objectifs des opérations logistiques.

Pour réaliser un audit précis et efficace, il s'agit de se baser sur un référentiel, c’est-à-dire un certain nombre de critères, de règles et de pratiques métier pour faire une comparaison des pratiques mises en place et celles qui sont recommandées.

Pourquoi faire un diagnostic de votre chaîne logistique ?

L’audit logistique permet de mesurer la performance des activités dédiées pour finalement les optimiser. Il permet non seulement de mettre à plat ses pratiques, son organisation logistique au complet et d'identifier les points à améliorer : les difficultés opérationnelles et organisationnelles, les process à optimiser, les écueils à éviter ou au contraire les bonnes pratiques à développer ou à dupliquer !

En suivant le référentiel établi et en identifiant un certain nombre d’indicateurs de performance, l’audit logistique vous permettra in fine de choisir des solutions parfaitement adaptées aux process, aux besoins et aux objectifs stratégiques afin d’améliorer le fonctionnement d'un entrepôt et donc de participer à optimiser durablement et pleinement la supply chain.

BK Systèmes WMS APS logiciel supply chain logistique gestion stock entrepôt approvisionnement


De quoi est composé un audit logistique ?

De nombreuses données sont nécessaires à la réalisation d’un audit logistique complet et pertinent. 

L’audit logistique se compose ainsi :

  • Le diagnostic et la définition des objectifs : il convient ici d’analyser la façon dont l’entreprise est organisée en matière de logistique, quelles sont les compétences de ses collaborateurs dédiés et la façon dont elle gère ses flux et ses processus en entrepôt, notamment au moyen de son logiciel WMS et de son logiciel APS.

  • L’identification d’axes d’amélioration : l’audit doit ensuite se concentrer sur les leviers de progrès de l’entreprise sur ses activités logistiques.

  • L’élaboration d’un plan d’optimisation logistique, à la fois stratégique et opérationnel.

  • La mise en œuvre du plan, des indicateurs et le suivi de la performance.

Votre audit logistique avec BK Systèmes

BK Systèmes est en mesure de vous guider et de vous accompagner dans la recherche d’éléments à analyser, challenger, suivre et optimiser dans le cadre d'un projet WMS et/ou APS. Le WMS (tel que Speed WMS), en tant que chef d’orchestre d’un entrepôt, peut vous offrir une base de référentiel pour votre audit logistique. Un WMS pour PME, véritable outil de gestion mais aussi de collecte des données, peut par exemple aider à mener un audit pour une plus petite structure.

Vous pourrez ainsi analyser l’état actuel de vos opérations logistiques, récolter et analyser les données disponibles dans vos outils de gestion et via vos KPI’s, mesurer votre performance. Enfin, viendra le temps des recommandations et autres optimisations à mettre en œuvre au travers d’un plan d’actions à mener sur une période donnée.


Quels indicateurs clés suivre pendant l’audit ?

Les indicateurs clés de l’audit logistique sont nombreux. Ils concernent aussi bien les stocks, que l’approvisionnement fournisseurs, les achats, les coûts mais également le service client.

Voici quelques-uns des plus importants :

  • Le coût logistique : il représente les coûts générés tout au long de la supply chain d’un produit, jusqu’à sa livraison au client final.

  • Le nombre de commandes : ce KPI permet de connaître le nombre de commandes traitées chaque jour en entrepôt afin de mesurer l’efficacité des process.

  • Les heures de préparation : les processus de préparation sont nombreux. Il convient donc de pouvoir déterminer les temps de prélèvement, tri et colisage pour mesurer l’efficience de l’activité.

  • Le nombre de colis préparés : il permet de connaître les cadences de préparation en entrepôt.

  • Le taux de fiabilité des prévisions de vente : ce calcul consiste à comparer les prévisions de vente d’une période donnée aux ventes concrètement réalisées durant le même temps.

  • Le taux de service : le taux de service intègre trois dimensions étroitement liées : la qualité, la quantité et le délai de livraison.

  • Le délai de livraison : en combien de temps suis-je capable de livrer mon client ? Cette question est aujourd’hui essentielle dans le cadre d’un audit logistique.

  • Le taux de remplissage des véhicules : le type de véhicules, le nombre de colis transportés, leurs emballages et conditionnements entrent en compte dans ce calcul.

  • Le nombre de tonnes-kilomètres parcourus : cet indicateur est un de ceux qui permet de mesurer l’impact environnemental du transport.

  • Les tonnes de CO2 émises : les activités logistique et transport émettent du CO2 ! Il convient de savoir le mesurer pour mieux le réduire.

De nombreux KPI’s pour WMS figurent parmi les éléments clés du référentiel pour un audit logistique réussi.

BK Systèmes WMS APS logiciel supply chain logistique gestion stock entrepôt approvisionnement


Quelles actions après un audit logistique ?

La réalisation d’un audit logistique permet non seulement de dresser un état des lieux précis de son organisation logistique mais aussi et surtout d’optimiser son efficacité de façon pérenne et maîtrisée. L’audit offre ainsi la possibilité de mettre en œuvre de nombreux axes d’amélioration de ses processus logistiques.

Un fois l’audit dressé, il convient donc d’activer les moyens humains, organisationnels et financiers au travers d’un plan d’actions. Ce dernier doit tenir compte des prévisions établies à court, moyen et long termes afin de tirer un maximum de profit de sa démarche d’audit.

Ces actions intègrent notamment :

  • L’adhésion de l’ensemble des équipes au travers de réunions et d’échanges réguliers ainsi que la mise en place de projets collaboratifs

  • La réorganisation de son entrepôt

  • Le suivi quotidien des KPI’s

  • La mise en place de logiciels de gestion logistique tels que le WMS, l’APS ou bien encore le TMS.